Après la mort d’un homme retrouvé en montagne, un policier rencontre la femme du défunt et tombe instantanément amoureux d’elle. Cependant, au fur et à mesure de l’enquête, plusieurs indices laissent penser qu’elle est la meurtrière et une relation tumultueuse s’amorce entre la suspecte et le policier. Connu pour sa Trilogie de la vengeance des années 2000, le cinéma de Park Chan-wook se définit par une esthétique glauque et sombre, où pulsions sexuelles se mélangent avec tensions meurtrières. Révélé grâce à Oldboy (2003), le cinéaste coréen complète sa Trilogie de la vengeance avec Sympathy for Mr Vengeance et Lady Vengeance. Il continue après dans la lignée de son esthétique avec Thirst en 2009 et Stoker en 2013. Son dernier film, The Handmaiden, avait beaucoup secoué le festival de Cannes en 2016 pour son histoire érotique lesbienne. Après six ans d’absence, il revient avec Decision to Leave où il aborde ses thèmes fétiches : les tensions amoureuses et sexuelles mêlées à la manipulation.

Une histoire d’amour aux allures d’un film noir

Decision to Leave est d’abord un film romantique, une histoire d’amour entre un policier et une femme suspecte du crime de son mari. Ainsi, l’amour est au centre du récit et l’enquête est le cadre où se déroule l’histoire. On pourrait penser ce film comme une relecture d’un amour interdit des films hitchcockiens, mélangeant les genres romantiques et thriller noir. Pour aller plus loin, on pourrait dire que Decision to Leave peut être une relecture de Vertigo (réalisé par Alfred Hitchcock en 1958), malgré les allégations du cinéaste qui en renie toute inspiration. La faible présence de la thématique de la manipulation dans le film (comparé à The Handmaiden et la Trilogie de la vengeance) confirme la volonté du metteur en scène de se concentrer sur l’histoire d’amour et les conséquences de l’enquête sur le couple.

L’histoire se concentre sur deux personnages liés par un amour interdit nourri par un jeu de regard poussant aux tensions sexuelles et au désir. Le personnage féminin, interprété par l’actrice chinoise Tang Wei, se rapproche de la figure de la femme fatale. Cependant, comme le policier, on ne peut s’empêcher de s’attacher à elle à cause de sa sensibilité. C’est une femme qui, avant tout, cherche à fuir son passé, en quête d’une vie meilleure. Le policier, interprété par Park Hae-il, est bienveillant, mais, à cause de l’enquête, est tourmenté par ses émotions envers la femme qu’il aime. A nouveau, nous pouvons souligner la volonté du cinéaste de mettre davantage l’accent sur la dimension sensible et fragile des protagonistes que sur l’intrigue policière et noire.

Une mise en scène magistrale qui donne vie à cet amour

Le film peut être divisé en deux parties qui sont chacune dans deux environnements différents. Le premier se trouve dans un environnement montagneux où il y a une place importante de la verdure, tandis que la deuxième partie se trouve majoritairement sur la côte avec une présence marquée de l’océan. Park Chan-wook utilise des effets pratiques comme des éléments naturels pour marquer les transitions entre les scènes (jeux de lumières, placement des personnages dans l’espace).

Ce qui est le plus marquant, c’est comment Park Chan-wook met en scène cette romance. En effet, chaque plan du film contient une idée de mise en scène, ce qui est agréable à voir. Il y a une prononciation marquée des expressions faciales des protagonistes, premièrement par des jeux de miroir (dans la première scène d’interrogation qui est à mes yeux, l’une des meilleures scènes du film), puis par des gros plans sur les visages. Autre aspect important, l’utilisation de la technologie (téléphones et montres connectées) qui contribue à l’expression littérale des sentiments que chacun ressent pour l’autre, où chacun tient un journal intime rempli de messages vocaux, exprimant son amour pour l’autre.                   

En conclusion, il est important de revenir au titre de l’œuvre, Decision to Leave, qui prend tout son sens après le visionnage. L’œuvre est une histoire d’amour interdit qui mène à une tragédie finale : point culminant du long-métrage. Ainsi, reprenant quelques codes du film romantique noir lié à l’esthétique de Park Chan-wook, Decision to Leave est un film remarquable, de par sa belle mise en scène mais également de par cette histoire d’amour qui entraîne le-la spectateur-rice. A voir absolument au cinéma !   

, le .
Culture