Arcanes universitaires

UniParty fait faillite, la CUAE est dans le coup (Poisson d’avril)

Nous avons appris ce matin d’une source interne au comité d’UniParty, que l’association allait être rachetée par la CUAE afin d’éponger ses dettes. « Cela fait maintenant presque un an qu’UniParty s’endette lors des soirées, et c’est normal puisque nous ne faisons qu’avancer de l’argent qui nous était par la suite remboursé par le biais de diverses subventions et sponsoring », nous confie notre source. « Mais depuis la dernière soirée, et malgré les rachats de stocks invendus, nous n’avons pas réussi à boucler notre budget. » C’est pour cette raison que le comité décisionnaire d’UniParty s’est réuni en urgence hier soir : afin de voter la faillite de l’association et permettre d’éponger sa dette sociale par un rachat. Au ¾ des voix, le comité a finalement et, avec émotion, pris la décision de voter en faveur du plan de rachat d’UniParty par l’association faîtière des étudiant-e-s de l’université, à savoir la CUAE.

 

Coups bas et reventes didentités

Certains membres du comité d’UniParty ont évoqué l’idée de revendre certaines images off de la soirée à des sites spécialisés. Ils déclarent avoir des vidéos compromettantes de participants sur les grandes marches et en backstage pouvant avoir une forte valeur monéaire. Ils se sont déclarés prêts à tout pour sauver UniParty, même si cela passe par le darknet. Pour eux le rachat par la CUAE serait la pire solution. Malheureusement c’est bien cette dernière option qui a été retenue.

à mettre dans le corps du texte

 

La CUAE comme sauveur opportuniste

Officiellement, la CUAE n’était pas présente hier soir. Cependant, selon notre source, elle a bien envoyé deux représentants de l’ombre qui ont profité de la situation pour se positionner en « sauveurs ». Ces derniers auraient avancé la possibilité d’un rachat d’UniParty sous certaines conditions.

La condition la plus importante était la mise en place d’un plan quinquennal de restructuration d’UniParty. Au programme, la suppression des coûts d’entrée aux soirées et la suppression des DJ au profits de musiques traditionnelles kurde et argentine. L’argent ne sera plus autorisé et la vente des bières Coop se fera par le troc. (Une grille indicative place Das Kaptial de Marx comme valant l’équivalent de 10 verres par exemple.) Le vestiaire sera réorganisé en freeshop où les participants pourront choisir librement la veste avec laquelle ils veulent repartir. Des vigiles s’assureront que les hommes font bien pipi assis. Le groupe de travail de la CUAE contre le harcèlement sexuel fera des rondes avec taser et chiens d’attaque afin de « latter les couilles des gros relous ».

L’AFU prête à monter au créneau

Nous avons interrogé ce matin l’AFU sur la question. Un de ses porte-parole nous a déclaré : « Si la CUAE rachète UniParty, nous sommes prêts … c’est difficile à le dire, mais nous somme prêts à occuper les bureaux de la CUAE et le Nadir. »

Le Rectorat n’a pas souhaité s’exprimer sur ce qui semble être un poisson d’avril de mauvais goût 😉

Rédigé par...

Nathan Krieg