A l’occasion des Elections Fédérales 2019, TOPO donne la parole à quatre listes de jeunes candidat-e-s genevois-e-s au Conseil national. Cette semaine, un article quotidien compilera leurs réponses à des questions élaborées par nos journalistes. Au programme, nous parlerons climat, égalité des genres, conception de la famille, questions économiques, sécurité sociale et politique extérieure. Une occasion pour les jeunes candidat-e-s de défendre leur place dans la course au Palais fédéral.

Cette série d’articles nous a été inspirée par une visite à Berne en mai dernier. Nous y avions rencontré deux conseillers nationaux, Laurence Fehlmann Rielle (PS/GE) et Benoît Genecand (PLR/GE), pour tenter de comprendre leur réalité de parlementaires. Parmi nos questionnements, celui de la teinte blanchâtre des crânes de leurs collègues alors qu’à l’extérieur du Palais fédéral, la jeune génération appelait la sphère politique à agir.

Interview de Laurence Fehlmann Rielle et de Benoît Genecand par TOPO TV

Oui, les jeunes « s’indignent »I, participent à des manifestations et lancent des débats constructifs qui infiltrent l’Assemblée fédérale petit à petit. Mais ils n’y sont pas présents pour en parler. Entre 2015 et 2019, seuls quatre parlementaires sur 246 avaient entre 20 et 29 ans et tous siégeaient au Conseil nationalII. Benoît Genecand souligne, malgré ce faible taux, que dans son appréciation, « les sections jeunes sont bien plus vivantes ces dernières années ».

Le premier souffle de l’engagement y est. Les sections jeunes sont nombreuses à présenter des candidat-e-s au Conseil national cette année : elles sont 6 sur un total de 27 listes pour le canton de Genève. Elles amènent sur le devant de la scène des thématiques pertinentes qui détonnent des débats habituels : cannabis et questions de genres par exemple. En ravivant le débat politique et en le colorant d’une nouvelle teinte, qui souvent s’éloigne des prises de position traditionnelles, les sections jeunes offrent un théâtre politique passionnant.

Cette créativité pourrait faire du bien à certains débats poussifs. Mais pour ce faire, les jeunes motivé-e-s doivent redoubler d’efforts pour s’offrir une visibilité. Même sous l’aile de leur parti-mère, les sections jeunes ne bénéficient pas de la même couverture médiatique. Comme l’a montré le journal Le Temps dans son dossier « Carnet de Campagne » – qui suit six jeunes candidat-e-s de tous les bords politiques – l’ordre de grandeur du budget des jeunes est loin de celui de leurs aîné-e-sIII. Ainsi, TOPO a fait le choix, étant un média étudiant, d’offrir un espace de parole à la relève politique genevoise.

Notre initiative souhaite aider le lecteur ou la lectrice à renouer le contact avec la sphère politique. Nous avons ainsi contacté l’ensemble des six listes de jeunes pour le canton de Genève. Nous avons reçu les réponses de quatre d’entre elles, à savoir JDC Genève, Les Jeunes Libéraux-Radicaux, Jeunes Vert-e-s et les Vert’Libéraux Jeunes.

Nous avons décidé de donner la parole aux listes et non pas aux candidat-e-s pour nous assurer que nos articles restent accessibles. Effectivement, par souci d’équité, nous aurions préféré donner la parole à l’ensemble des jeunes candidat-e-s mais cela aurait représenté des articles de plus de douze pages… Bien trop fastidieux face aux outils numériques tels que Smartvote ou Vimentis, qui proposent des recommandations de vote personnalisées après moins d’un quart d’heure de questionnaire ! Au vu des nombreux stands qui fleurissent en ville en période électorale et du porte-à-porte toujours très en vogue, les partis politiques semblent préférer le contact humain. Nous avons souhaité conserver cette logique chaleureuse dans notre dossier d’articles.

Voici le souffle qui a initié ce dossier et qui nous a poussé-e-s à tendre la plume aux jeunes candidat-e-s. Nous espérons que nos articles vous seront utiles pour cerner les ambitions de la relève politique genevoise.

Pour le groupe de travail Elections Fédérales : Florian Schweri, Hugo Meisser, Mateus Cavahlo, Noémie Pralat, Samira Keller et Thomas Grosso

, le .
Suisse