Une semaine de révisions pour les étudiant.e.x.s en Lettres avant les examens de juin 2021, c’est le nouveau cheval de bataille des associations d’étudiant.e.x.s en Lettres. Ce lundi 9 novembre, neuf d’entre elles, mobilisées par l’Association des Etudiant.e.x.s en Lettres (AEL), lancent une action adressée au Décanat de la Faculté des lettres: “Semaine de révisions: fini les négociations!” Les associations remettent un dossier historique sur la table. En effet, la revendication d’une semaine de révisions n’est pas nouvelle, puisqu’en 2016 et 2017, l’AEL avait milité pour l’ajout d’une semaine de révision entre la fin des cours et le début des examens de la session de juin. “La voie sympathique de négociations a l’air bouchée”, explique Hugo, le co-président de l’AEL. Pour les membres de son comité, un changement concret de stratégie et une revendication concrète étaient devenues nécessaires. Cette fois ci, iels peuvent compter sur le soutien des autres associations de la Faculté des lettres [1].

Campagne lancée sur les réseaux sociaux des associations estudiantines

En 2017, alors que les examens pouvaient débuter le premier samedi de la session d’examens de juin, l’AEL a diffusé un sondage. Les résultats de ce dernier étaient sans équivoque : 92,8% des plébiscité.e.x.s se prononçant en faveur d’une prolongation du temps de révision avant les examens de juin [2] . Les négociations suivantes avec le Décanat de la Faculté des lettres avaient poussé celui-ci à envisager de ne faire commencer la session d’examens de juin que le mercredi suivant la fin des cours. Cette mesure devait entrer en vigueur en 2018-2019. A la déception des étudiant.e.x.s militant pour son instauration, elle ne sera finalement pas officialisée. 

Le comité 2019-2020 de l’AEL réenclenche alors un cycle de négociations avec Jan Blanc, le doyen de la Faculté des lettres. Lors de deux rencontres en visioconférence, en avril et en août 2020, le doyen se dit favorable à l’instauration d’une semaine de révisions pour la session d’examens de juin. Le 23 septembre, ce dernier revient toutefois sur ses propos par un email à l’AEL: “le calendrier de la prochaine session de juin étant calé, ce ne sera pas possible pour 2021.” Or cela frustre l’AEL, qui redouble d’efforts dans sa lutte pour une semaine supplémentaire.

Lors du semi-confinement et dans le contexte des cours en ligne au semestre de printemps 2020, le doyen de la Faculté des lettres instaure une semaine de révisions supplémentaire entre la fin des cours et le début de la session d’examens. La situation sanitaire particulière avait engendré de nombreux problèmes d’organisation chez les étudiant.e.x.s et les collaborateur.trice.x.s de l’UNIGE. C’est pourquoi la Faculté des lettres a décidé « de faire preuve de toute la souplesse nécessaire pour que personne ne soit pénalisé » indique une communication du 25 mars 2020 du doyen Jan Blanc adressée aux étudiant.e.x.s. Du 22 mai au 2 juin 2020, les étudiant.e.xs.s en Lettres se font une idée d’une période plus longue consacrée à leurs révisions. Et dès lors, découvrir un calendrier académique 2020-2021 qui est exempt d’une telle semaine, représente une grande déception chez certain.e.x.s. L’AEL s’indigne à ce propos que sa demande lui “apparaît d’autant plus réalisable que pas plus tard qu’en juin 2020, la Faculté a mis sur pieds ce temps de révision”.

Pour les étudiant.e.x.s en Lettres, l’expérience de cette semaine a généralement comblé les attentes. Le premier point qui ressort de notre sondage est le soulagement d’avoir eu plus de temps pour travailler la matière du printemps ou même de l’année entière. « Cette semaine m’avait vraiment arrangé parce que même si nous étions en ligne et avions plus de temps à la maison, une semaine est bienvenue pour pouvoir réviser les examens » nous rapporte une étudiante en japonais. Un second argument en faveur d’une semaine de révision est celui de la quantité d’examens pendant la session de printemps, qui est, généralement, plus importante que celle d’hiver. « Les grands examens sont le plus souvent en juin donc j’espère que cette semaine sera maintenue » explique une étudiante. De plus, on nous rapporte que « deux jours de révisions, c’est un peu ridicule honnêtement, alors que nous avons des travaux denses à rendre sur la matière qui a été couverte deux jours plus tôt. » Pour ces étudiant.e.x.s, l’espoir est de pouvoir retrouver au printemps 2021, cette semaine de révision jugée très utile. Il existe également des avis divergents : « Il suffit de s’organiser bien en avance pour réussir ses examens avec deux jours de révision » nous lance un étudiant en Français, mentionnant en plus les bénéfices de terminer l’année académique plus tôt. De plus, il semblerait que seule la faculté des Lettres ait pris cette initiative. En effet, comme le mentionne un dernier étudiant, « rares sont les facultés qui ont plus d’un week-end de révisions entre la fin des cours et le début des examens.»

Et pour cause, la grande majorité des Facultés fonctionnent sur le même mode actuel que la Faculté des lettres avec une session d’examens débutant la semaine suivant la fin des cours. La Faculté des Sciences a cependant pavé la voie, en instaurant une semaine de révisions dès 2017. Le projet de l’AEL inspirera-t-il d’autres associations facultaires ? Ce qui est certain, c’est que les associations des Lettres semblent envisager une réponse forte en cas de non-entrée en matière du Décanat. Affaire à suivre…

Pour aller plus loin:

Réseaux sociaux de l’AEL: Facebook ; Instagram: @ael.unige
Calendrier académique de la Faculté des Lettres: https://www.unige.ch/lettres/fr/etudes/calendrier/
Service des étudiants et des examens de la Faculté des Lettres: https://www.unige.ch/lettres/fr/infos/contact/service-etu/

et , le .
Campus