5 minutes de lecture
  17 mai 2015 à 19:42
  2 commentaires
Afficher ou répondre ⟩
Email this to someonePrint this pageShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

5 questions à la liste 2

11210458_1113313582017501_5397154362257638743_n

Lire l’édito du dossier « Élections de l’Assemblée de l’Université »

Questions générales (idem pour l’autre liste)

1) Si vous deviez faire un bilan du mandat qui s’achève, quels seraient les points positifs et négatifs ? Feriez-vous quelque chose autrement ?

Avant toute chose nous tenons à exprimer notre grand étonnement suite à la lecture des réponses de la liste 1. Ces dernières sont en effet entachées de mensonges. Sans entrer dans une guerre d’égo, nous nous devons de revenir sur certains propos qui non seulement sont incorrects, mais semblent également avoir été instrumentalisés afin de mettre en avant une liste au détriment d’une autre.

Tout d’abord concernant la précédente législature et son bilan, nous sommes plutôt satisfait-e-s de l’implication et du travail effectué par les membres de la liste des associations, bien qu’il reste encore énormément de travail et de points à aborder. À propos de l’activité de la liste des associations, nous avons posé cinq questions au rectorat (sur des sujets tels que le logement étudiant, le manque de stages, l’initiative de l’UNES, etc.). Nous avons été présent-e-s à toutes les Assemblées des Délégué-e-s des associations et nous avons également répondu présent lorsque celles-ci nous ont demandé une rencontre extraordinaire pour parler de l’élection du futur recteur. Nous avons entre autres obtenu l’engagement de ce dernier à ce qu’il n’y ait pas de hausse des taxes d’études à l’Université de Genève durant son mandat. Les points faibles de cette dernière législature ont été la faible cohésion du corps étudiant et l’absentéisme, l’inactivité et la non-collaboration de certains membres de ce même corps, affaiblissant la représentation étudiante.

La liste des associations a écrit et proposé une charte de représentativité et de collaboration – l’idée originelle étant de proposer une seule liste unie des étudiant-e-s qui prouverait notre capacité à travailler ensemble malgré nos désaccords. Malheureusement, certains individus ont refusé de participer à une liste unie, ont refusé de signer la charte et ont constitué une liste concurrente à celle des associations, la liste 1. Il est particulièrement osé de la part de cette dernière de mentir si ouvertement en prétendant être à l’origine de la charte qu’elle-même a refusé de signer. Afin d’appuyer nos propos, vous trouverez en annexe la charte de la liste des associations. Topo a eu accès au suivi des emails attestant que la liste des associations est à l’origine de la charte. Ces emails sont à disposition sur demande.

Contrairement à ce qui a été dit par la liste 1,  les candidat-e-s de la liste des associations ont pour chaque élection fait un travail en amont pour essayer d’améliorer les conditions des élections. C’est d’ailleurs l’une de ses membres qui s’est personnellement occupée cette année d’exiger la présence d’une urne aux Bastions, alors que l’Université n’en avait pas prévu.

C’est également les membres de la liste des associations qui, lors de la dernière réunion informelle avec le rectorat, ont demandé à ce que les heures d’ouvertures et les jours de vote soient aussi variés et étendus que possible. Il est intéressant de voir les membres de la liste 1 s’en plaindre alors qu’ils étaient également présents à cette réunion.

2) En regardant les programmes on retrouve des similitudes notamment dans la volonté de transparence démocratique, d’amélioration de la vie étudiante et de soutenir les associations. Quels sont les points majeurs (deux ou trois) qui vous différencient de l’autre liste ? 

L’une des différences considérables est que nous effectuons un travail de fond avec les associations et que nous assurons une continuité entre les différents mandats de l’Assemblée. Par exemple, le projet d’anonymisation des examens a débuté lors du premier mandat de l’Assemblée en 2009. Aujourd’hui nous travaillons encore activement sur la question, et demain nous espérons la mettre en place.

En outre, la charte de représentativité que nous avons signée (cf. annexe) nous engage à être le plus représentatif possible. Ainsi, à chaque thématique abordée, un groupe de travail transversal est ouvert à tout-e étudiant-e ou association qui s’y intéresse. La force de la liste des associations est que celle-ci a toujours pris soin de réunir tout le corps étudiant afin de défendre une position commune en plénière.

Contrairement à ce que la liste 1 avance, l’Assemblée de l’Université n’est malheureusement pas l’organe suprême de l’Université. Ses compétences sont limitées. De plus, le corps étudiant n’a que 10 sièges sur un total de 45. Il est donc fondamental de présenter une position unie.

3) Votre liste a-t-elle un lien avec l’actuelle faîtière des étudiants (CUAE) ou avec la future AFU ? Est-ce qu’en votant pour votre liste, cela revient-il à un soutien indirect à l’une ou l’autre des faîtières ?

La liste des associations collabore bien évidemment avec la CUAE qui, en tant que faîtière de l’Université, possède une expertise particulière et les contacts nécessaires avec le milieu associatif. Cependant elle n’est pas la liste de la CUAE, elle en est indépendante. À l’inverse, la liste 1 n’est officiellement pas la liste du projet de deuxième faitière. Mais il est pour le moins curieux d’affirmer que les deux n’ont aucun lien étant donné que beaucoup de ses candidats sont des acteurs clés du projet de l’AFU.

Questions pour la liste 2

1) Dans votre rubrique « conditions de vie et d’études » vous citez une amélioration de l’encadrement des étudiants, et plus d’attention aux besoins des étudiants. Qu’entendez-vous par là ? Avez-vous des exemples concrets sur lesquels vous pourriez avoir un impact ? 

Par encadrement, nous entendons le renforcement du tissu qui entoure l’étudiant-e en terme de formation et d’orientation. Pour donner un exemple, la liste des associations s’est engagée cette année à un renforcement de l’offre de stages pour l’IUFE (Institut Universitaire de Formation des Enseignants) et pour l’élargissement de l’offre de séminaires dans les différents cursus. L’encadrement peut également être entendu comme l’amélioration de l’accompagnement dans l’orientation des étudiant-e-s (Conseil aux études, assistance réglementaire, etc.) De plus, les étudiant-e-s font régulièrement parvenir des informations à leurs associations quant à des problèmes administratifs. En ce sens, les élu-e-s de la liste des associations s’engagent à véhiculer les informations à l’Assemblée et à assurer le suivi avec les associations pour que ces problèmes soient résolus.

2) Vous parlez des taxes universitaires et des coûts d’études indirects ; quels sont les moyens à votre disposition pour lutter contre cela ? 

En ce qui concerne les taxes d’études, la liste des associations est l’unique liste à faire pression depuis la création de l’Assemblée de l’Université en 2009 pour éviter une hausse des taxes. Nous désirons continuer ce travail. Plusieurs membres de la liste des associations ont d’ailleurs soutenu les étudiant-e-s de l’IHEID (Institut des Hautes Études Internationales et du Développement) cet automne face à une augmentation des taxes d’études. Enfin, il faut garder les liens avec d’autres associations d’étudiant-e-s à Genève et en Suisse car la lutte se fait à différents niveaux et pas uniquement à l’intérieur de l’université.

Pour la question des coûts d’études indirects, elle touche en ce moment particulièrement les étudiant-e-s en sciences de la terre et de l’environnement. Actuellement, nous travaillons avec les étudiant-e-s et l’association de la branche concernée (AEST) pour contrer ces hausses. Il y a eu plusieurs contacts entre des membres de la liste et l’association. Nous comptons aussi sur les Assemblées des Délégué-e-s pour continuer le travail avec toutes les personnes et associations intéressées.

Références

À lire : charte proposée par la liste 2 

Ophelia.nb

Ophelia Nicole-Berva

Ophelia a rejoint Topo en 2014 et a été rédactrice en chef de 2014 à 2016. Elle est depuis cheffe de la rubrique "Genre et identités". Étudiante en sciences politiques, elle s'intéresse aux mouvements sociaux, aux questions féministes et à la politique suisse.Voir les articles de Ophelia Nicole-Berva  ⟩
Tristan Boursier

Tristan Boursier

Tristan a fondé Topo en 2012 avec des amis afin de partager des visions critiques, plurielles et simples (mais pas simplistes) autour du politique. Tout n'est pas politique mais tout peut le devenir. Plus précisément, Tristan s’intéresse aux questions de genre, de violence politique, de multiculturalisme et de politique comparée du Moyen-Orient. Tristan a été le premier président de l'association, a lancé en 2015 Topo tv et en 2016 Topo Alumni.Voir les articles de Tristan Boursier  ⟩
  • Pierre-Hugues Meyer

    Une précision s’impose concernant la charte. Le vendredi 17 avril,
    j’ai reçu un appel de Galileo Monnet-Martin, secrétaire de la CUAE et
    représentant de la liste 2, pour discuter de l’idée d’une charte commune
    à nos deux listes. Il ne s’agit évidemment pas de la charte de la liste
    des associations, dont la signature de notre
    part n’aurait eu aucun sens (puisqu’elle inclut de faire campagne pour
    la liste des associations et de s’engager pour son programme).

    Je l’ai rencontré lundi 20 avril à 14h00 dans les locaux de la CUAE et
    ai proposé, au nom de la liste 1, de signer une charte commune sur la
    base des 4 critères suivants :

    Pendant l’élection
    – Pas d’attaques personnelles.
    – Pas d’attaques envers les associations impliquées d’un côté ou de l’autre.

    Après l’élection
    – Des réunions régulières entre les élus des deux listes.
    – Des réunions régulières entre les élus et les associations.

    Il m’a assuré qu’il soumettrait la proposition aux membres de la liste
    des associations, mais aucune réponse ne nous est malheureusement
    parvenue. Nous espérons néanmoins que les membres de la liste 2
    soutiennent les points proposés ci-dessus.

  • Topo

    Précisions concernant le passage “Il est particulièrement osé de la part de cette dernière de mentir si ouvertement en prétendant être à l’origine de la charte qu’elle-même a refusé de signer. Afin d’appuyer nos propos, vous trouverez en annexe la charte de la liste des associations. Topo a eu accès au suivi des emails attestant que la liste des associations est à l’origine de la charte. Ces emails sont à disposition sur demande.”

    Nous confirmons que les deux articles ne semblent pas parler des mêmes chartes. La liste 2 parle d’une charte de représentativité alors que la liste 1 fait mention d’une charte visant à réglementer les confrontations entre les deux listes. Il semble donc y avoir un quiproquo de la part de la liste 2. D’autre part, nous tenons à préciser que nous avons bien reçu un courriel daté du 10 avril 2015 de la part de la liste 2 qui mentionne uniquement la charte de représentativité jointe dans l’article.