Musique engagée

Rapper le postcolonialisme tout en ayant des punchlines c’est possible

On reproche souvent aux rappeurs d'être les représentants d'une sous-culture. Si à l'instar d'Éric Zemmour on entend par là que les rappeurs ne véhiculent que des messages au mieux stupides et au pire haineux, alors on se trompe. Lettre à la République de Kery James montre que le rap peut être mieux qu'un cours de postcolonialisme donné par Jean François Stazack.