Carnet d'un topoïste

Les pornographes et l’université

La semaine dernière j’étais dans le parc des Bastions avec un ami. Nous profitions d’un moment de répit entre deux cours pour revoir une dernière fois les rayons du soleil avant la fin de journée. L’herbe était encore fraiche de la dernière pluie et les arbres finissaient de perdre leurs feuillages. Si le paysage semblait lyrique notre conversation l’était moins...