Florie Marie, porte-parole et tête de liste du Parti Pirate (source : twitter)

Le 26 mai au soir, nous connaîtrons les noms des 79 eurodéputé(e)s français(e)s, 5 ne siégeront pas en attendant le Brexit. Pour avoir des élus, il faut dépasser les 5 pourcents. Et si le Parti Pirate était la surprise des élections ? Florie Marie et Cédric Levieux, les 1er et 2ème de la liste, nous présentent leurs positions.

1) Pouvez-vous vous présenter et présenter votre parti ?

Bonjour, moi c’est Florie, 31 ans, autrice d’une partie des textes régissant le fonctionnement actuel du Parti Pirate Français et tête de liste Pirate aux européennes, et moi c’est Cédric Levieux, 40 ans et concepteur d’une partie des outils démocratiques du Parti Pirate et deuxième sur la liste du Parti Pirate pour les élections européennes 2019.

Notre parti politique, le Parti Pirate, a vu le jour en Suède en 2006, alors que les soi-disant protecteurs de la culture ont commencé à appeler ceux qui voulaient la partager librement des Pirates. Notre mouvement est donc issu d’Internet et de la lutte pour le partage de la culture et des informations, mais s’est depuis développé pour aborder, sous l’angle du numérique, toutes les questions du quotidien. En effet, le Parti Pirate milite pour les libertés individuelles, la transparence, la démocratie dans son ensemble mais aussi et toujours le partage de la culture et du savoir afin qu’ils soient accessibles à tous.

2) En Suisse, en France et dans de nombreux autres pays les jeunes manifestent pour le climat. Quelles réponses, notamment au niveau européen, avez-vous à apporter à cette mobilisation ?

Les pirates sont, comme chaque citoyen, inquiets de la situation climatique actuelle. Nous participons aux mouvements pour le climat, nous pensons qu’au 21ème siècle, il est impossible d’envisager une transition énergétique sans lui adosser une transition numérique et sociale. Cela passe par de nombreuses mesures qui ne peuvent malheureusement pas toutes être prises au niveau européen mais qui doivent être mises en place le plus rapidement possible pour éviter le pire pour l’humanité. C’est pourquoi nous voulons davantage soutenir les lanceurs d’alerte environnementaux et sanctionner plus durement les entreprises qui ne respecteraient pas les normes qui nous permettraient de préserver notre planète. Nous ferons tout notre possible pour contribuer à la mise en œuvre de l’accord de Paris. Les pirates apprécient les progrès réalisés grâce aux lois environnementales de l’UE. Cependant, bien que les mesures basées sur le volontariat prises par des pollueurs potentiels peuvent parfois fonctionner, nous pensons qu’on ne peut pas compter que sur elles. Nous souhaitons une application plus efficace des principes de précaution, de prévention, de « pollueur-payeur », ainsi que la résolution des problèmes à la source.

3) De manière générale quelle est votre opinion et votre projet à propos de l’Union Européenne et de ses institutions ?

Nous sommes profondément en faveur de l’Union Européenne, bien que nous ayons des désaccords avec certains de ses fonctionnements. Nous estimons, en effet, que face aux problématiques actuelles tant écologiques qu’économiques, il vaut mieux lutter tous ensemble que chacun séparément. C’est aussi dans ce sens qu’on peut avoir une vision plus démocratique de l’Europe, c’est pourquoi notre programme européen indique un certain nombre de points pour la rénovation démocratique de l’Union, de la participation citoyenne, à la transparence, avec pourquoi pas à la clef un nouveau traité pour une Europe plus sociale et solidaire.

4) Comment envisagez-vous les relations entre l’Union Européenne et les pays non-membres comme la Suisse ?

Très positivement ! Nous ne souhaitons pas nous limiter simplement à l’Union Européenne et considérons que le principe même de la frontière est obsolète. Nous, Pirates, n’avons pas de frontières, nous portons les mêmes valeurs dans les différents pays dans lesquels nous militons, du Brésil à la Nouvelle-Zélande en passant par le Canada ou la Suisse. En Europe, les Pirates portent tous le même programme pour les élections européennes, il s’agit d’un programme ouvert sur le monde tout comme nous le sommes dans notre engagement.

5) Le projet européen se manifeste notamment par Erasmus, que peut faire l’UE de mieux et de plus sur les questions d’éducation et de jeunesse ?

Nous soutenons le programme Erasmus, nous sommes engagés en faveur d’une éducation sans frontière, donnant à tous les citoyens de l’Union Européenne un accès à la connaissance. Nous voulons la mise en place d’un plus grand nombre d’échanges et d’opportunités de déplacements pour les étudiants et les enseignants. Nous pensons que pour pouvoir exercer correctement la démocratie, les citoyens doivent être correctement formés à l’exercice démocratique, pour cela nous militons ardemment pour un accès universel à une éducation de la meilleure qualité. Cela passe par une attribution budgétaire plus conséquente ainsi que par le partage de toutes les connaissances, et cela passe forcément par la numérisation de celles-ci. Mais par-dessus tout, nous pensons que les citoyens doivent être en capacité d’utiliser Internet, c’est-à-dire qu’ils doivent savoir vérifier des informations afin de ne pas se laisser manipuler. En outre, nous aimerions appliquer à toute l’Europe les modèles éducatifs les plus efficaces afin qu’aucun des pays de ce continent ne soit à la traîne.

6) Les élections européennes se tiendront bien évidemment en France mais aussi dans l’ensemble des pays membres, avez-vous des alliés dans d’autres pays ?

Tout comme le Parti Pirate Suisse, nous sommes membres du Parti Pirate Européen, présent dans de nombreux pays Européens. À ce titre, nous partageons tous le même programme que nous avons écrit, débattu et voté, avec l’aide des Suisses et des Islandais, tous ensembles au sein du Parti Pirate Européen.

À cet effet, la France ne partira donc pas seule à ces élections, et plusieurs pays d’Europe auront leur liste Pirate. Plus particulièrement, il y a la République Tchèque, où nos collègues Pirates sont l’un des partis les plus importants du pays, ils enverront plusieurs des leurs au Parlement Européen mais nous sommes persuadés qu’ils ne seront pas seuls en Europe.

Si les français nous font confiance, peut-être que des Pirates français iront les rejoindre, et si ce n’est pas pour cette fois, nous pouvons vous assurer que nous serons au rendez-vous dans 5 ans, toujours aussi motivés que nous le sommes aujourd’hui, mais bien plus nombreux et forcément mieux préparés. Les élections européennes sont un rendez-vous important pour nous, parce que nous revendiquons notre internationalisme, et parce que nos alliés Pirates d’Europe comptent sur nous au moins autant que nous comptons sur eux pour diffuser notre programme commun.

7) Quels sont les thèmes et les propositions que vous allez porter dans la campagne et une fois élu(e) ?

Au-delà des thèmes que nous portons en permanence dans notre engagement militant Pirate, Liberté, Démocratie, Partage, nous allons mener cette campagne européenne en mettant l’accent sur les questions des libertés individuelles à l’ère du numérique, que nous voyons chaque jour un peu plus entamées notamment avec la directive copyright récemment adoptée par le Parlement Européen qui est, pour nous, un véritable scandale pour la liberté de création et de partage promise par Internet. Nous parlerons aussi très souvent de démocratie, car pour nous ce mot à un sens et nous pensons qu’il est plus que nécessaire d’en retrouver un usage correct et de sortir de ce fonctionnement représentatif que nous considérons verrouillé par les plus riches, inaccessible aux citoyens et obsolète à l’ère du numérique. Enfin, il va de soi que nous aborderons les questions autour du climat, parce que nous sommes conscients des enjeux que notre comportement sur notre planète implique pour notre avenir, que nous n’avons qu’une planète et qu’il est de notre devoir, en tant que citoyens du monde, de tout faire pour la préserver.

8) Et pour finir, en quelques mots, dites-nous pourquoi les français(es) devraient voter pour vous et votre liste ?

Tout simplement parce que nous nous appliquons à ne pas opposer bêtement différents axes, comme d’autres ont décidé de le faire avec la science ou le numérique contre l’écologie, l’humanisme contre l’économie, mais aussi parce que nous sommes dotés d’une véritable vision européenne construite collectivement, et naturellement, au niveau européen. Nous parlons ensemble, d’une seule voix, des sujets qui préoccupent tous les européens, nous sommes convaincus que notre programme est porteur de solutions pour un avenir meilleur, ensemble.

, le .
International