Frais d’inscription

Le rectorat plie face aux manifestations

Mercredi dernier, une petite centaine d’étudiants (environs 150 selon les organisateurs) ont occupé les locaux du rectorat de l’Université de Genève. La manifestation était menée par le collectif « Stop la hausse » et soutenue par la CUAE (Association faitière de l’Université). Dès 18h, le cortège s’est rassemblé devant UniMail pour ensuite se diriger vers UniDufour, banderoles et pancartes en main. Les étudiants présents réclamaient un retrait des nouveaux frais d’inscription, censés entrer en vigueur dès janvier 2017. Ces derniers ont été annoncés en juillet dernier par le rectorat et s’élevaient à 50.- pour les étudiants disposant d’une maturité suisse et de 150.- pour les étudiants n’ayant pas ce diplôme.

Le 7 décembre vers 19h00, le cortège – alors composé en grande partie par des étudiants – se dirige dans les étages d’UniDuour, à proximité des bureaux du rectorat. Ils scandent des slogans dont « stop à la hausse » qui résonnent dans les couloirs. Le président de l’Assemblée de l’Université est sur place et entame le dialogue avec la foule. Sur Twitter, un des manifestants rapporte ses propos : « le rectorat a fait une bêtise ».

20h00, le secrétaire général de l’Université tente une première approche et avertit le rectorat. Vers 21h, Marc Triscone, vice-recteur, arrive sur les lieux. C’est finalement vers 23h que le recteur fait une ultime proposition par téléphone ; ce dernier étant à l’étranger, il n’a pas pu se rendre sur place. Il propose aux manifestants de suspendre les frais d’inscription jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée par une commission de travail, qui sera spécialement créée pour la question. Selon nos sources, cette commission devrait être composée de quatre membres du collectif « Stop la Hausse », cinq membres du bureau de l’Assemblée de l’Université, d’un membre de la liste 1 et de deux membres du rectorat.

Sur la page Facebook de « Stop la hausse », nous pouvons observer une vidéo qu’ils ont posté accompagnée du commentaire « On part! On a gagné! » La vidéo montre des étudiants occupant la salle d’UniDufour dans laquelle des slogans tels que « Marx a raison » sont marqués à la craie sur les tableaux noirs en même temps que de la musique est jouée. « L’ambiance était festive, mais respectueuse des bâtiments », déclare un étudiant sur place. La CUAÉ rappelle le soir même sur sa page Facebook que « L’action a été pacifique. Aucun dégât à signaler. L’action est bien symbolique. »

Le lendemain, Marc Triscone, vice-recteur de l’Université de Genève, déclare dans le journal de 12h30 sur la RTS : « On va voir si le groupe de travail arrive à des propositions qui nous permettent de réduire ces coûts et à une solution qui permette de résoudre le problème sans impacter trop les étudiants » avant d’ajouter que le rectorat a pensé « en toute bonne foi que ces émoluments étaient raisonnables. Manifestement cette opinion n’a pas été partagée par les associations d’étudiants. On va travailler ensemble et on va essayer de trouver une solution, j’espère pour avril 2017. » La question des émoluments n’est donc pas encore terminée.

Références

RTS (08/12/2016). Journal de 12h30 [https://www.rts.ch/info/regions/geneve/8227325-l-universite-de-geneve-suspend-l-instauration-d-une-inscription-payante.html]

Toninato, Aurélie (08/12/2016). Des étudiants font plier le rectorat. Tribune de Genève. [consulté le 10/12/2016]. [http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/etudiants-occupent-uni-dufour-passent-nuit/story/18418017]

Rédigé par...

Tristan Boursier

Tristan a fondé Topo en 2012 avec des amis afin de partager des visions critiques, plurielles et simples (mais pas simplistes) autour du politique. Tout n'est pas politique mais tout peut le devenir. Plus précisément, Tristan s’intéresse aux questions de genre, de violence politique, de multiculturalisme et de politique comparée du Moyen-Orient. Tristan a été le premier président de l'association, a lancé en 2015 Topo tv et en 2016 Topo Alumni.